de Lune aux autres

15 janvier 2015

Griffonnage

Enfant_écrivant-Henriette_Browne

Je lis beaucoup en ce moment, je lis plus que je ne regarde des images. Je ne lis pas forcément des pages que j'aime, mais des pages nécessaires. Après plusieurs jours, j'avoue que je me force : je veux lire ces témoignages, je veux comprendre pour pouvoir avancer, je me dois de savoir. Chaque musique, chaque peinture, chaque geste n'ont plus la même signification, ou plutôt, je n'en fais plus la même interprétation. Bien sûr que c'est bouleversant, blessant, inquiétant. Mais j'avoue que plus je lis, plus je griffonne de mon côté, moins je comprends le silence. Je ne comprends pas ceux qui se taisent. Leurs mâchoires closes pour moi se retiennent. Mais de dire quoi? Mais pourquoi? Jusqu'à quand? Je crois déceler une certitude de bonne pensée, la meilleure, celle qui sera au-dessus de toutes les autres. Les mâchoires des bien-pensants me font grincer des dents. Je préfère lire un désaccord, une révolte, l'entendre parce que je veux y faire face, parce qu'on peut construire même contre. On ne peut rien construire dans le vide. Alors que faire du silence? Est-ce une absence de sentiments? Absence de compassion pour des hommes et des femmes? Des hommes et des femmes. Des hommes et des femmes. Des hommes et des femmes.Des hommes et des femmes.

La vie reste quand même au-dessus de tout, même des idées bien-pensantes, il me semble. Je continue de lire, de griffonner, de dessiner tiens aussi. J'espère que mes enfants feront de même et les leurs. Et tous les autres. Et tous les leurs.

 

Henriette Browne _ enfant écrivant

 

Posté par luneauxautres à 21:48 - Commentaires [2] - Permalien [#]


09 janvier 2015

Un jour noir et froid

SOULAGES

Tu sais, j'avais bien imaginé qu'un jour tu viendrais me demander pourquoi. Depuis un long moment même et pourtant je n'ai pas encore eu assez de temps pour construire ma réponse. Peut être même que le temps n'y suffirait pas et ma raison sûrement pas. Que veux-tu, c'était en nous, dès notre rencontre. Se sentir différents, à part, à côté ou plutôt au milieu en fait. C'est bien cela, au milieu de tous qui s'évitaient du regard et que nous contemplions de face, le sourire aux lèvres. Nous avions cette insolence de vouloir aller partout, d'être reçus par tous et de recevoir tous ceux que nous croisions. Assez effrontés pour se croire tous identiques pour parler de nos différences. J'y croyais tu sais, oh j'y ai tellement cru... Et c'était beau vraiment, j'aurais aimé que tu vois tout cela. J'ai vu un mur tomber, j'ai vu des frontières s'effacer, les mêmes frontières que mes grand-parents se devaient d'haïr. Mais voilà, chez nous, on ne haïssait pas. Je ne sais pas bien pourquoi dans le fond, mais cela ne se faisait pas. Je crois même que personne n'en avait eu l'idée. "On est bien tous fait pareil!". J'ai grandi dans l'idée qu'on ne jugeait personne sur son nom, sa couleur de peau. On ne juge pas la face, on juge les mains. Que fais-tu, quel chemin prends-tu? C'est ce que tu fais qui compte, ce que tu choisis de faire, de construire ou bien de brûler. Tout le monde a un choix et une voix, c'est l'idée de la démocratie. 

Si nous étions en démocratie quand tu es né, nous l'étions aussi quand on a décidé de partir, un jour. Un soir en fait, je m'en rappelle. Pendant très longtemps, je me suis persuadée que nous étions partis pour toi et pour ta soeur à venir. Que ce serait mieux là-bas, que vous échapperiez à la moquerie quotidienne, au mépris parfois, au rejet peut être. Je voulais que tu es le choix, tous les choix. Celui d'aller où tu veux, de faire ce que tu veux, de te tromper et de changer, d'aimer qui tu veux. Une idée assez simple de la liberté dans le fond. Je pensais être partie pour toi parce qu'au début j'ai cru que j'avais un prix à payer dans cet exil. J'avais des regrets, enfin un peu. Il me manquait certaines choses, des petites et des grandes. Des paysages, des perspectives... Mais bon, on ne reste pas seulement parce que la vue est belle. 

Ensuite, j'ai pensé que j'étais partie pour moi. Parce que je ne voulais pas faire face, je ne voulais plus revendiquer, expliquer, enseigner la différence. Je ne voulais pas être un cas d'école, une exception qui confirme la règle. Je ne voulais pas affronter ce que je voyais arriver et s'installer : le mépris appliqué de certains, la stigmatisation des autres. Quand on commence à catégoriser les hommes, on en retire l'humain. Je ne voulais plus ouvrir ma gueule et porter l'étiquette de celle qui revendique. Je savais que d'autres le ferait, sûrement mieux que moi. Évidemment mieux que moi. 

Et puis il y a eu ce jour noir et froid où je n'ai plus rien su du tout. Où j'ai eu peur, où j'ai pleuré, où j'ai été si triste comme jamais. Un jour où je me suis sentie lâche d'être au loin, heureuse dans mon échappée. Lâche de ne pas être restée pour revendiquer, pour expliquer, pour enseigner. On n'est jamais assez nombreux semble-t-il. Un coup aux tripes et au coeur à ne plus savoir ce que sera fait demain à part continuer tout encore plus fort. Ton père m'a dit que non, nous n'étions pas lâches, que chez moi il y avait encore une belle et solide relève, debout. Que chez lui, là-bas, il n'y avait plus personne déjà. Les bras et les cerveaux se sont tous enfuis au loin. Le pays n'existerait plus dans quelques années. Et tu vois, il avait raison, ton nom n'est que le vestige d'une histoire passée, un signet pris dans une page tournée. J'ai décidé de construire ici, d'expliquer ici, d'enseigner ici, de partager ici. Je ne sais pas si c'est plus facile, je suis cependant certaine que des fruits y poussent, que tu pourras les récolter et les porter avec toi. Va semer leurs graines où tu le voudras. Je suis venue ici pour cela, pour faire et pour que tu puisses partir à ton tour si tu le souhaites.

Ce jour-là noir et froid, j'ai détesté avoir peur, j'ai refusé de rejetter. J'en ai voulu à ceux qui ont fait naître en moi ces sentiments. Parce que ce n'était pas moi, ce n'est pas ce que je suis, ce que je fais. J'ai regardé mes mains et la honte ne les tâchait pas. Elles étaient remplies de larmes pourtant. Regarde les tiennes à présent, que fais-tu d'elles? Que feras-tu demain? Où iras-tu, qui les tiendra tes mains? Sauras-tu aimer autant que je t'aime? Mon coeur, je l'espère, car ta seule et unique identité est là : AMOUR.

Soulages _ sans titre

 

Posté par luneauxautres à 22:09 - Commentaires [2] - Permalien [#]

08 janvier 2015

Je-suis-Charlie

Posté par luneauxautres à 07:48 - Commentaires [1] - Permalien [#]

09 novembre 2014

La couleur de la terre

no-14-1960

C'est un thème récurant par ici. Ne pas pouvoir se résoudre à devoir faire des compromis. À délaisser une idée pour conserver l'équilibre d'une autre. Ne pas oublier les petits, les devoirs et les vouloirs. Ne pas oublier l'alter ego sous peine de flancher toute seule de mon côté. Ne pas oublier les obligations : celles qu'on nous donne et celles qu'on s'impose. Et puis au bout de la route, au bout de la nuit ou du petit matin blême souvent, ne pas s'oublier soi-même. 

Je pense que je me mens beaucoup à défaut de mentir aux autres. Je me dissimule les réalités et elles grossissent en cailloux sur mon chemin. Je me planque derrière des évidences, des inévitables. Elles me rattrapent au tournant et c'est souvent en pleine face que je me les prends. Aller, arrête de pleurer et tu sais bien que faire vaut mieux que dire la plupart du temps. Tu as voulu tout cela, tu as couru après pour aller plus vite que les autres, plus vite que le temps. Tu le savais bien pourtant. 

Les couleurs de l'automne s'effacent déjà. Les pourpres se fanent et la lumière s'en va. Nous plongeons dans le gris, l'intérieur, le chaud et les épaisseurs. Tu sais que tu aimes ça. Embrasse tout puisque cela ralenti. Prend le temps qui n'est pas encore parti. Dis-leur que tu veux rester, que tu resteras même quand ils t'auront quittée. Ce n'est pas une mélancolie, c'est une peau morte qui se déplie doucement, qui glisse le long de mon corps centimètre par centimètre. Elle est encore accrochée; il ne faut pas la tirer, juste la laisser partir. Un jour, tu la chercheras et elle ne sera plus là. 

C'est le temps des morts et du dedans. C'est celui de l'introspection et des grands vents. Novembre m'est doux autant qu'il m'est violent. C'est une piqûre de rappel pour se sentir vivant, de sang et d'os et de comprendre que notre tour viendra bien assez tôt. 

C'est la couleur de la terre hier et aujourd'hui.

PJ Harvey - The Colour Of The Earth HD

 

 

Mark Rothko _ Numero 14

 

Posté par luneauxautres à 12:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

22 août 2014

Accélération

9389_531_De-Stael-Sicile

Le vent souffle frais et les nuits sont plus au repos. La ville bourdonne à nouveau mais les pressés croisent encore des jambes qui se laissent bronzer sur un banc. Tout le monde sait que les heures chaudes vont durer ici, que septembre sera tendre et octobre doré. Les heures indiennes sont parmi les plus belles de l'année. Il n'y aura rien à regretter. Peut être du temps perdu à ne rien faire, mais non. Peut être des listes à peine entâmées, non plus. Peut être trop de silence mais vraiment je ne crois pas. 

Je ne sais plus très bien ce qui est urgent et ce qui ne l'est pas. Je suis sans repère de temps, d'obligation et si cela peut être grisant, je vois bien que cela ne me correspond pas. Il me faut des limites imposées, il me faut du rythme soutenu et pressé. Il me faut des semaines planifiées sur papier pour tout défaire chaque jour. Il me faut du plein pour apprécier le jour. Pour aimer ralentir, m'arrêter, regarder et apprécier. J'ai fait beaucoup de vide ces dernières semaines. Ce blog a bien failli y passer. Je ne veux plus remplir pour combler. Je veux continuer à évaser, à construire autours d'une réserve cachée qui sera la source d'une énergie renouvelée. Je dis je veux pour me convaincre de cette nécessité. Parce qu'il n'y a plus de temps, parce que c'est trop gâché et parce que nous deux. 

La liste diminue quand même, elle se raye en accélération. Nous serons de nouveau ensemble dans quelques jours et il faut que cette liste disparaisse d'ici là. C'est mon obligation imposée. Rien d'autre ne me force à courir dans tous les sens que l'envie d'en avoir fini. Pour recommencer.

J'accélère, la vitesse de croisière n'est pas si loin et la pente est douce.

 

Nicolas de Stael _ Sicile

 

Posté par luneauxautres à 11:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]



Fin »