ondine_gauguin

Depuis toujours et même depuis avant, l'eau est son élément. Jamais elle n'en a eu peur, jamais non plus elle ne lui a manqué de respect. Petite, elle s'était persuadée de pouvoir respirer sous l'eau au point de presque se noyer. Plusieurs fois. Pas une sirène, pas un poisson, mais une fillette qui respirait la mer à plein poumons.
A l'âge de raison, ses parents l'ont convaincue d'apprendre la nage des humains et de délaisser l'enseignement pratique de son chien. Pourtant, ils avançaient si bien...

Encore une fois, à la leçon, le maître nageur a du plonger pour la remonter. Elle s'obstinait à vouloir rester au fond. Heures après heures, elle a appris à aimer son corps qui fend l'eau, à sentir la vitesse glisser le long de ses jambes. Lutter contre ses muscles, repousser sa respiration. En surface aussi, pas seulement au fond.

L'eau stagnante lui plaît pour l'effort mais rien ne vaut l'eau salée et mouvante pour exulter le corps.
Elle a eu la chance de plonger au loin, là ou la cote n'est plus une ligne mais un point.

Un été, elle nageait près du gréement. L'infini était au-dessus, il était en-dessous également. Le vide peut aussi être le plein. La mer, émeraude depuis la distance, était alors encre et luisante.

Le chien les avait annoncés bien avant. Elle senti brusquement un mouvement vif passer sous son ventre. Comment peut-on aller aussi vite dans toute cette eau résistante? Elle a plongé et les a vus à la fête. Trois corps blancs et souples filaient sous la coque, ils la saluèrent de la tête. Trois vifs marsouins joueurs riaient de lui avoir fait peur.
Elle crut un moment qu'ils l'avaient élue. Un moment seulement. Ils sont repartis sans renouveler leur salut.

Elle a repensé à eux ce soir lorsque qu'elle est rentrée sous l'eau. Ses bras se tendaient longs, ses jambes battaient plus fort. Mais elle savait bien que les trois marsouins riaient encore.
Alors elle a ralenti, est réapparut en surface. Elle écoutait du Brahms amplifier par la faïence blanche.

Dans la nuit, pouvoir nager dans une piscine publique, avec en plus un maître nageur qui aime sa musique...

Riez encore, riez marsouins... Ce soir elle ne nage pas mieux, mais elle nage bien.


Paul Gauguin - Ondine