Saint_Sebastian_Sculpture

Aller assister à la leçon de natation n'a jamais été une corvée. Tout d'abord la piscine est claire, nimbée de bleu et de teintes nacrées, plutôt douce aux oreilles, pas trop fréquentée. Mais voici la raison première en vérité...

Le cours en lui-même a ceci de particulier qu'il est dispensé par un jeune homme au corps admirablement sculpté.

Il n'est pas le seul, ses confrères masculins ou féminins à égalité possèdent des plastiques très entretenues par les heures aquatiques.

Mais celui-ci ressort parmi tous. On ne sait trop deviner pourquoi au prime abord, alors on observe plus attentivement:

Son geste offre plus d'ampleur, ses bras semblent peut être plus souples et les mains longues s'agitent en douceur.

Son port de tête est plus altier, une couronne invisible semble y être posée. Son front dégagé, les sourcils clairement dessinés, le menton juste carré, encadrent un sourire parfait. Trop parfait. Pas forcé, mais trop juste pour être vrai.

Sa peau est mate et lisse, on y devine les rayons de la méditerranée, souvenirs des générations passées. Les muscles se gonflent juste en dessous, voilés de soleil, à peine saillants.

Il sait l'impact de sa présence mais n'en joue pas. Il se place en retrait, ne dérange pas.

Il en fut ainsi pendant quelques semaines, à jour et heures fixes, j'observais sa plastique, ni envieuse, ni amoureuse. Comme on est devant une œuvre d'art.

Nous nous sommes rencontrés par hasard au coin d'une rue, nous allions entrer dans le même café. Chacun seul, chacun pas vraiment occupé. Il m'a conviée à sa table, nous avons discuté.

C'est alors que je l'ai reconnu dans toute sa vérité.

Le maître nageur est beau mais il est blessé : Saint Sébastien ressuscité.

Antonio Giorgetti - Le Martyr de Saint Sébastien