portrait_de_jeune_homme_hesse

Que gardons nous, malgré nous de ceux qui nous précèdent? En avons-nous la moindre idée?
Pourquoi ce geste? pourquoi cet état d'être? Et pourquoi pas?

Il y a des traits communs aux cousins issus d'une fratrie qui troublent mes idées, ma perception.

Que retient notre corps, notre esprit de ces histoires passées, de tout ce que nous n'avons pas vécu et qui nous a été insufflés?

Cher cousin, je vois en toi les souffrances que j'ai connues, celles que je connais. Je sais les paroles que tu retiendras. J'ai voulu les oublier. Il te faut faire à ton tour ce long et douloureux parcours.

J'étais bien armée; je te tends mes armes. J'étais bien entourée, je me tiens à tes cotés.

Cher cousin, il faut bien connaître son cœur pour effacer leurs douleurs. Ne pas les cacher en toi, les laisser passer et ne pas se retourner. Elles ne te concernent pas ces ombres-là.

Cher cousin, tes jeunes années sont ton plus bel atout, embrasse les jusqu'au bout. Fais les tiennes, ne revis pas toutes leurs peines. Tu ne reviendrais pas.

J'ai tracé un chemin, tu peux le suivre un moment. J'ai crié avant toi, préserve ta voix.

Cher cousin, malgré tout ce qu'ils sont, sois toi même. Tu seras quelqu'un de bien.

Alexandre Hess - Portrait de jeune homme (extrait)