29 mai 2010

De mieux battre mon coeur a commencé

Encore une fois de plus, la même réflexion : tu ne change pas, peut être même pire, tu rajeunis. Plus j'avance en âge, plus je me libère de mes années. C'est un sentiment que je n'arrive que difficilement à m'expliquer.Comprenne qui pourra. Il semblerait parfois, au détour d'une longue nuit, que mon sang coule plus fort, que mes yeux soient plus vifs que la veille encore. Je me rappelle alors de cette étouffante sensation qui pesait sur mes jeunes épaules. Une impression si forte d'être en décalage avec tous les autres enfants de... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 00:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

24 mai 2010

Une amitié

Il connaissait la nouvelle depuis près de deux semaines déjà; mais il n'en avait rien dit. Seule une légère ombre était venue se poser sous ses yeux. La fin de l'année, les premières chaleurs et les longues heures au dehors ont servi de raisons.Mais elles n'étaient pas les bonnes. Je suis toujours surprise de voir sa résistance, de voir qu'il puisse endurer certaines choses seul, tout seul. Que cette solitude volontaire lui permet de faire son petit chemin vers une solution, une délivrance. Il s'endurcit peut être un peu mais je... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 00:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
20 mai 2010

Une photo

Il avait à peine vingt ans. Elle en avait à peine moins. Les lycées étaient alors mixtes depuis peu. Un regard bleu mer et des boucles claires, son visage irradie sa détermination. Les yeux sombres et les longs cheveux noirs, elle contient sa joie et les promesses futures. Au fond d'une boite en carton, sur cette photo à peine jaunie, on peut deviner les chuchotements, les petits papiers, les palpitations du cœur au pied du mur de l'internat des filles. On peut lire toute la jeunesse et toute la vigueur d'un premier amour à sa... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
16 mai 2010

Un plat mangé froid

Monsieur B. était très laid. De physique et d'âme. Je le pensais alors, je le pense toujours. C'est dit.Suppléant de notre professeure de français adorée partie en congé de maternité bien mérité, il n'a pas su au premier abord emprunter la place de celle qu'il remplaçait. Première faute, professionnelle de surcroît. C'est dit aussi. Enflé d'une suffisance frustrée, celle d'un professeur de Collège qui se voyait au moins académicien, il devait être persuadé que son style était le plus grand incompris du siècle. Peut être seulement... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 00:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
12 mai 2010

Maux d'aimer

Il m'étreint parfois un sentiment étrange, sourd et persistant. Une chaleur blessante qui s'installe au détour d'un chagrin et qui prend sa place pendant quelques temps. Les yeux lourds brûlent et la gorge se serre un peu plus. Le besoin de survie, de s'aérer, de marcher droit devant  pendant des heures, seule et sonnée. Que sera la vie ensuite? Après lui avoir déjà tant donnée, après avoir beaucoup pris? Trop de joies et si peu de peine, il ne se peut que cela dure, que cela tienne. A voir autour de nous ces souffrances,... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 00:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
08 mai 2010

Un interlude

Le doute s'installe au premier regard. Quel est le lien qui les unit? Est-il de famille ou d'amour? Qui est l'enfant de qui? Était-il père déjà au premier jour? Le couple s'oblige aux explications des années qui les séparent. Leur demi sourires me font plutôt croire qu'elles les uniront toujours plus fort que d'autres d'un même âge. Tout le temps qui leur manque et tout celui qu'ils ne posséderont pas se lisent au creux de leurs regards. Ils sont en dehors des autres, en dehors des heures. Ils savent que leur vie commune est... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 00:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
06 mai 2010

Pour Nathan

Joaquim Sorolla - Le jeune marin 1909 ____Lien sur image____
Posté par luneauxautres à 00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
05 mai 2010

Automates

Le tic tac les hypnotise. Elles ne parlent que de cela. Le temps qui leur échappe, celui qui leur manque, celui qu'elles ne rattraperont plus.Il faut agir maintenant, leur âge le signale. Elles ont le diplôme, elles ont la situation, parfois même la maison. Leur physique est leur névrose : elles l'entretiennent avec frénésie. La liste est bien longue, on sait à  quoi leurs heures libres sont remplies. Manucure, pédicure, coiffure, bronzage, gommage, maquillage, façonnage, musculation, yoga aussi... L'obsession s'accentue... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
02 mai 2010

La langue pendue

Régulièrement, on nous fait peur : votre langue disparaît, vous serez bientôt les derniers à  la parler. Vos mots sont malmenés, certains essaient de vous voler. Les académies s'effraient des nouvelles distorsions: nous avons perdu un accent! Mon dieu, nous sombrons... J'aime ma langue, j'aime ses sons. J'aime en jouer et raffole de ses ricochets, des nouvelles expressions, des jeux de verbes qui se tordent en noms. J'aime qu'elle vive, que le temps façonne ses conjugaisons. Exilée, j'ai peur que ma langue ne se fige. Elle... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 00:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]