diptico_pintura_BMW_Lucie_Geffre_

 

Tu ne la liras peut être pas ici. Sûrement pas. Mais je dois bien poser ces mots quelque part et ce lieu me semble le plus propice à ce jour.

Les fils d'argent que tu apercevais doivent avoir pris le dessus à présent. Je ne crois pas qu'ils te gênent, les as-tu teints malgré tout? Je ne l'imagine pas. Je ne te vois pas si différente, peut être moins vive, un peu plus pondérée. Je dois t'avouer que dans le fond je ne l'espère pas. Il y a aura bien eu quelques peines en chemin, peut être quelques adieux à faire qui percent le coeur. Il y aura eu certainement des rires et des chansons, en solo et en canon. Tu ne sais toujours pas te taire. Tu ne le sauras jamais.

Il doit sourire encore de tes grimaces et de tes mots du jour sans queue ni tête. Il t'aura fallu le soutenir, un voyage dans le passé à assurer, lui permettre d'aller creuser leurs tombes. Il sait que tu es là, vous ne vous dissociez pas. D'ailleurs, il doit lire tout cela déjà.

Tu auras parcouru un chemin neuf, et peut être un autre ou plusieurs seront venus le croiser. Je ne m'en fais pas trop pour toi, j'espère seulement que tu auras sû te ménager. Prendre un peu plus soin de toi que tu ne le faisais. Aller, si ce n'est déjà fait, je te l'ordonne. Si ce n'est pas pour toi, pense à eux.

Elle doit être une presque jeune fille à présent. Ses cheveux bouclent-ils toujours autant? Danse-t-elle vraiment? Je la voyais si bien prendre cette voie. Ou bien le chant... L'alouette tout le temps. Te ressemble-t-elle vraiment? J'aimerais tellement le savoir dès maintenant; voir comment ses yeux se sont afûtés, savoir si ses mains caressent toujours autant. Tu me le diras, je t'entends.

Et puis viendra le jour où il aura ses 18 ans. Je sais, ce n'est qu'un nombre mais quand même. Il doit être beau, doux et charmant. Il doit aimer aussi, je sais qu'il aimera bien. Regarde le encore plus fort, car il partira bientôt, si il n'est déjà parti. Rappelle lui ses joues si douces, ses bras qui soulevaient sa soeur. Sont-ils toujours aussi complices? Dis le moi, juste un signe pour me parler de plus tard.

Pour me rappeler tout ce qui se passera. Pour que je retienne tout ce qui s'en va. Je t'écris pour que tu ne m'oublies pas. Rappelle-toi de cet hiver 2011, comme les journées étaient pleines à renoncer de dormir. Souviens toi de tes ombres, noircies par des éclats de soleil en promesse. Je t'écris pour ne pas que tu oublies de te souvenir.

Je suis là. Et toi?


Lucie Geffré  - diptico agudo