28___Nicolas_De_Stael___Figures_au_bord_de_mer

 

Il n'y a pas de hasard. Je n'y crois pas vraiment. Chaque incident heureux ou malheureux a sa place dans le fil continu de mes jours. Leur raison d'être ne se devine pas toujours tout de suite. Il faut parfois des jours, des années pour apprécier cette nouvelle pièce du puzzle.

Prendre du recul permet de ne pas se laisser prendre dans le tourbillon du siphon. Tout s'écoule bien toujours dans le même sens. Les grandes marées, les pleines lunes n'y changent que peu. Se laisser porter par le courant n'est pas inscrit en moi. J'ai toujours voulu choisir ma trajectoire, repérer les portages. Et quand bien même le flot est rapide et bienveillant, je sors les rames, les manches relevées.

La vie sans effort n'a pas de sens. Et je le vois partout. L'exigeance doit venir de moi et je la reçois en retour. La facilité m'ennuie; elle ne remplit pas le coeur ou la tête. Elle est frivole et passagère. L'inopiné accident peut amener quelques minutes de souffle léger. Pourquoi ne pas en profiter pour le faire s'enfler?

Tout est travail, même le silence. Même s'arrêter le dos au soleil d'hiver et remettre ses idées en place. Même habiller les enfants chaque matin encore engourdis de leurs rêves, chanter un peu, leurs ouvrir les yeux sur une nouvelle journée. Tout est labeur. Comme écrire ici. Prendre l'exercice au sérieux ou tout juste assez.

On m'a demandé pourquoi mon écriture n'était pas plus aisée. On a presque reproché qu'elle présentait trop d'effort à comprendre.

Être comprise... je ne crois pas que c'est son but. Au contraire. Elle interroge, bouscule parfois et renvoie à ce que souvent on ne s'avoue pas. Je pense que oui, elle demande un effort. Tout comme je le demande à moi même et aux autres. 

Parce que beaucoup de facilités nous entourent, un tout petit effort de plus ne peut certainement pas faire grand tort. Non?

 

Nicolas de Staël - Personnages de bord de mer