courbet_amants

 

Main dans la main, ils s'excusent de rire trop fort. Les lèvres mordues, leurs yeux pétillent tellement plus. Leurs gestes ne s'habillent pas de la gêne de leur adolescence; ils l'ont dépassée depuis plus de trente ans. 

Ni lui, ni elle n'aurait alors imaginer tout ce parcours pour se trouver enfin. Comme si leur vie était déjà passée : un mariage, des enfants, un désamour, une séparation, peut être deux ou trois de plus... Comment s'imaginer alors retourner en arrière, revenir aux premiers émois, aux battements galopés du coeur? Mais tout en mieux, en plus fort. Sans devoir ni endettement, sans doute ou faux semblant cette fois. Tout a déjà été vécu ailleurs: ils choisissent de ne poursuivre que le meilleur.

Ni elle, ni lui n'y aurait pensé à cinquante ans passés de se dire qu'ils ont retrouvé l'amour de leur vie. Leur vie qui durera jusqu'au bout, celle qui plonge réellement dans l'inconnu.

Et en voyant leurs regards embués et leurs joues rougies lorsqu'ils nous tendent les invitations, je me laisse à penser que vrai de vrai, tout peut toujours recommencer.

 

Gustave Courbet - Les amants de la campagne