girl

 

Le froid est rentré chez nous. Ce n'est pas le froid blanc, celui qui brûle. C'est le froid mouillé qui s'insère sous le premier chandail porté faisant frissonner nos peaux encore dorées. 

La pluie cliquète au dehors et mes mains qui tapotent alors sont mangées par les poignets de laine. Le chat se blottit dans mon dos et je ne sais qui des deux réchauffe l'autre. Les bruits du soir sont arrivés. La lumière s'épuise sur les murs blancs, se réveille soudain sur le cadre doré du vieux miroir. Je vais ressortir le large plaid de laine, crocheté de ses mains. Elle ne s'en rappelle plus à présent. Le temps a avalé sa mémoire et dévoilé la petite fille qu'elle cachait au dedans. Un recommencement à la fin de la vie. La saison première qui revient et tout se remet à nu.

La pluie cliquète et mes pensées sont claires. Comme lavées par l'automne qui vient de s'annoncer. Le carmin viendra bientôt embraser les cimes comme il le fait si bien ici. Nous irons nous éblouir de fauves aux heures encore chaudes, les joues rougies et les yeux embués du vent frais des promesses de janvier.

Il y a des invitations de repas partagés, de vin chaud et d'assemblée de musiques. C'est quand le froid arrive que les gens ici se rapprochent, se touchent et se parlent le plus. Le temps du dedans arrive, la pluie ce soir chante sa chanson.

 

Daniela Astone - Reading about Weerner