Flandrin hippolyte,peinture jeune fille musee des Beaux-Arts Nantes

Sa robe légère l'accompagnait pour une dernière promenade cette saison. Elle avait retiré la laine de ses épaules avant de se hisser sur sa bicyclette. Les cheveux déliés, ses lunettes de soleil sur le nez, elle était partie sans autre but précis que celui de s'envoler. Fermer la porte de la maison et assourdir leurs bruits et paroles familières, se détourner de leurs gestes et de leurs manières, être seule et ne regarder que devant, ouvert et libre. Lire cette heure comme une possibilité.

Imaginer que si. Même si c'est fou, même si c'est interdit, même si elle se l'interdit. Se rappeler les premiers regards, les sourires cachés, ces signes qui l'ont faite douter. Lorsqu'il s'est déclaré, revivre son trouble de ne pas être surprise. Laisser ses joues redevenir rosées, ce sentiment doux d'être désirée comme elle l'espèrait, tout au fond, dissimulé. Non ils n'étaient plus des adolescents, non ils n'étaient pas seuls même isolés dans ce jardin. Toute leur vie était là, les conjoints, les enfants. Elle les voyaient au-delà de ses yeux qui cherchaient les siens. Elle les entendait sous ses mots tendres qu'il lui murmurait pour la première fois.

Prendre sa main quand même. Une autre main dans la sienne. Pas un remplacement, pas de manque à combler. Juste une paume plus large, des doigts qui ne la connaissent pas. Juste un bras qui la rapproche, une épaule qui l'attire, moins haute, un autre appui. Elle qui regarde son corps suivre ce nouveau ballet, qui se dit qu'elle ne connait pas les pas, qu'elle ne veut pas se laisser mener. Et puis un baiser, à tout prendre qu'est-ce qu'un baiser? Mais elle s'est détournée. De lui cette fois-là.

Les rues sont dégagées. Il est décidément trop tôt pour cette journée. Ses jambes s'allongent et se plient en cadence. Son souffle lui indique qu'elle a accéléré. Elle se détourne de ce souvenir, elle le laisser filer. Ses yeux brillent moins, ses mains ne tremblent plus. Ses reins ne sont réchauffés que par les derniers rayons de soleil de l'été. Il n'y a plus rien à raconter.

 

Jean-Hyppolite Flandrin - Jeune Fille

 

Merci Cyrano.