lawren_harris_snowfall_l

Ce matin tout était blanc, éteint, doux et vibrant. La neige recouvrait le dehors de lumière et faisait se taire les sons de la ville. Le soleil nous hurlait de sortir au plus vite pour profiter de ce spectacle. Il n'a pas duré longtemps.

Tout est déjà reparti, glissé dans les égouts. Le blanc manteau s'est retiré. L'hiver nous manque. Il ne veut pas s'installer. Peut être est-ce de l'avoir trop craint? Il ne veut plus nous voir, nous ne méritons pas sa présence. Les luges sont toujours au mur, les écureuils sortent et rentrent à leur guise. Ils nous interrogent : hein? Quoi? C'est le printemps oui ou non?

Je n'ai fait que dormir depuis 4 jours. Un sommeil réparateur et lourd. Un travail était fini, j'en attend un autre. Je suis en pause, recluse. Des papiers à taper encore pour faire valider les choses. Un coup de tampon pour me faire avancer. Et j'avance. 

Le blanc m'obsède. Un pinceau en tête, je sais déjà ce qui virera bientôt. Du blanc, de l'éternel. Une suspension des minutes folles qui défilent ici. N'ai-je pas dis des heures? Blanc comme ma nuit, blanc comme l'été qui viendra bien un jour même si l'hiver nous fait défaut. Mais je n'ai pas froid. Pas assez encore. La glace n'a pas eu raison de mes doigts. Je patine même les mains nues à présent, pour mieux ressentir la caresse du vent.

Blanc demain. 

 

Lawren Harris - Snowfall