womansroom_sheilapomeroy

J'aime aller au cinéma seule. Toute seule. Je ne dis qu'à peine que j'y vais, quel film je vais voir, si je le sais déjà. Un titre, une affiche, un thème, un acteur ou peut être tout cela à la fois, un rien m'emporte vers la salle noire et enveloppante. Les émotions ressenties, le parfum de la soirée, son goût, je ne les veux que pour moi. C'est un endroit secret où je m'en vais, où je laisse aller mes idées, mes sentiments au gré d'une histoire qu'on m'impose, de la respiration d'un personnage qui me devient familier. Je suis en abandon contrôlé.

J'aime partir marcher seule. Souvent à l'impromptu, quand une heure s'offre à moi. Je saisi un foulard, des lunettes de soleil, un sac léger, et je laisse la porte claquer. Où vas-tu? Je ne sais pas. Devant, là-bas, un peu plus loin ou bien je retourne dans un coin. Peu m'importe, j'attaque l'asphalte du talon, je défille, dépasse les badauds. J'accélère, laisse rougir mes joues, raccourcir mon souffle. J'entre où je veux, resors aussitôt où reste pour des heures. Je fugue, évite les rencontres et discussions convenues. Je rentre souvent avec au fond de mes poches une petite chose de ma promenade pour eux, une brindille, une carte, un morceau de tissu bleu.

J'aime m'enfermer parfois au coeur de la tourmente, lorsque la maison résonne trop fort, lorsque chacun est entré dans son monde, je me retire dans le mien. Un livre, de la laine, du tissu, un cahier aux pages encore blanches... Je me soustrais à leurs vies, j'ignore les appels légers qui s'arrêtent si ma réponse ne leur fait pas immédiatement écho.  Isolée mais entourée, je laisse mes idées me guider, elles partent parfois si loin, toujours en avant. Le vent tourne parfois et des résonnances du passé essaient de les retenir. Elles les contournent, les enveloppent et les emportent plus loin. 

J'aime souvent être seule. Seule parmi tous.

 

Sheila Pomery - Woman's room