petites-rencontres-clothildeLaserre

 

Lorsque le ciel rosit et que les sons résonnent à la nuit, elle l'attend.

Quand la foule vibrante et colorée enfle et désenfle en pressant contre ses flancs, son souffle se raccourcit. Ses yeux inquiets qui fouillent les visages inconnus, elle le cherche.

À la lumière gris-bleu des premières heures de l'aube, lorsque le chat rejoint son lit et lui annonce la journée qui s'avance, elle étend son bras sur le drap. Il n'est pas là.

La sonnerie du téléphone retentit parfois mais la voix n'est pas celle qu'elle espère à chaque fois. Son coeur n'a plus à rebondir.

Combien d'heures faut-il pour se faire à une absence? Combien de semaines, de mois avant que le sang ne se calme? Qui y arrive vraiment? Faut-il remplacer, combler un vide, une présence pour se sentir plein à nouveau? 

Comment vivre avec le manque? Le manque d'un autre, de deux êtres ensemble? Peut-on vivre seul, vraiment? 

Elle m'interroge et je ne sais pas. Je ne sais rien de tout cela.

Même éloignée, je suis remplie des autres. Je ne me sens jamais seule, je suis habitée de tous les regards, les voix, les gestes que j'ai croisés. La distance crée un vide mais il est épais et tangible de tous nos échanges.

Je ne suis pas une vraie solitaire, tout le monde tourne dans ma tête.

 

Clothilde Lasserre - Petites rencontres II