William-Adolphe_Bouguereau_(1825-1905)_-_Tricoteuse_(1879)

 

Elle a décidé de ne pas toujours manger. Elle attend le moment ou son regard se voile, ou sa tête s'égare pour accepter d'avaler quelque chose. Oui cela provoque de l'attention sur elle mais dans le fond, c'est bien ce qu'elle attend.

Ce n'est pas qu'elle cache ce qui se passe en elle, elle arrive même très bien à le formaliser. Elle a lu trop de livres sur le sujet, ne vous inquiétez pas, elle a bien compris. Elle sait surtout que personne n'arrivera à bien saisir qui elle est vraiment, peut pas elle même.

Qui la croirait de toute façon? Une seconde hilare et exubérante, celle d'après atterrée et sanglotante. Elle dit blanc et elle fait noir. Ou l'inverse finalement. Les amis qui l'entourent lui servent de paravent; ils savent au moins masquer les mutations émotionnelles qu'elle joue. Elle avait aussi trouvé un amoureux qui l'enlaçait de certitude, la berçant de normalité, elle qui se sait hors du commun.

Ses parents se sont égarés dans les méandres dessinés par les spécialistes. Sa mère arrive encore à l'apercevoir, à la reconnaître comme sa fille, sa première née. Son père réclame encore et toujours la fille qu'il a toujours rêvé. Celle qui n'existe que dans sa tête, celle qui ne sera jamais devant lui. Et cela crie. Et cela pleure. Il est difficile de reconnaître que son enfant n'est pas soi-même, qu'il ne le sera jamais. Il est tentant de se projeter, de forcer une image qui ne se dessinera jamais.

En mai dernier, elle a passé un couteau sur ses poignets. Deux lignes roses y sont aujourd'hui dessinées. Elle ne les cache pas. Elles font parti de son histoire, d'une ado aux sentiments bouleversés qui partent sans prévenir les uns au Nord, les autres au Sud, parfois plusieurs fois dans une même journée. Et elle avance, elle marche sur un fil tendu. Jusqu'à ce qu'il casse un jour.

 

William-Adolphe Bouguereau _ Tricoteuse