will window2 009

Quand il lui avait annoncé qu'il viendrait passer une semaine près d'elle, il y avait eu un léger silence. Il sautait dans un avion pour survoler l'Atlantique puis tout un pays entier pour venir la serrer dans ses bras, et il y avait eu ce silence. Ses oreilles l'avaient bien perçu, son cerveau l'avait bien retenu mais son coeur n'en a pas voulu de ce petit, tout petit silence.

À quoi cela tient un pressentiment? À un demi-sourcil levé, à un coin de bouche qui se froisse, à un soulèvement de poitrine, à un petit sursaut d'une main, à un petit silence? Comment devinons-nous ce que notre raison s'obstine à refuser?

Il le savait déjà quand il est monté dans l'avion. C'était un coup de poker, c'était idiot, c'était cher et puis surtout, c'était tellement nécessaire. Il fallait qu'il la voit, il ne pouvait décidément pas attendre encore 5 mois. Toutes ses semaines au loin dans un pays au bout du monde à se demander si, à imaginer que, à ne pas en dormir la nuit. Alors le voilà parti, sans rien dire à personne. Sauf elle. Qui devait lui ouvrir ses bras, qui devait pleurer sur le quai de la gare. Elle devait. C'était forcé.

Elle n'a pas pleuré, elle a juste tendu sa joue. Il le savait bien, ce petit silence avait tout annoncé. Un autre s'était avancé auprès de la belle pendant son absence. La belle n'avait pas vraiment résisté, le prétexte de la solitude permet bien des choses. Le mensonge y compris. Elle lui a pris la main, elle lui a parlé droit devant puisqu'il le fallait maintenant.

Qu'on ne dise pas que les femmes sont plus tendres que les hommes. Qu'on ne dise pas que le masculin encaisse plus que le féminin. La blessure est la même, la souffrance aussi. Les poings se serrent avec le coeur. Les yeux piquent tout autant. La colère ne s'appaise pas plus tôt, ils n'oublient pas plus vite.

Il y avait eu ce petit silence avant tout ces cris. Et puis il est revenu plus grand, plus pénétrant.

Cela ira bien un jour. Cela passera, il le sait. C'est l'été, il est retourné au loin pour quelques mois encore. Le temps arangera les choses, les nuits seront moins longues, il en est certain. Il a juste besoin d'en parler encore et encore, de ce petit silence.

 

Taryn Day _ Young Man Tired of his Hometown