17 juillet 2014

Silence

Quand il lui avait annoncé qu'il viendrait passer une semaine près d'elle, il y avait eu un léger silence. Il sautait dans un avion pour survoler l'Atlantique puis tout un pays entier pour venir la serrer dans ses bras, et il y avait eu ce silence. Ses oreilles l'avaient bien perçu, son cerveau l'avait bien retenu mais son coeur n'en a pas voulu de ce petit, tout petit silence. À quoi cela tient un pressentiment? À un demi-sourcil levé, à un coin de bouche qui se froisse, à un soulèvement de poitrine, à un petit sursaut d'une main,... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 16:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

15 juillet 2014

Liste pour le vent

les cosmos qui dansent devant les maisons de Montréal aller danser en sandales dorées le craquant du feuilletage des Natas les cheveux des enfants dans la lumière du soir les paillettes de mon nouveau gloss le balancement des branches sous le vent les éclats de rire qui passent dans la nuit sous ma fenêtre un vieux monsieur qui danse dans un parc le jardin le matin Bach à la radio rouler les vitres grandes ouvertes et chanter fort les gelato leurs pieds nus qui dépassent des draps ne rien faire une fille en robe à... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 15:05 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
12 juillet 2014

Dans ses rêves

Changer de pays, de culture, c'est souvent changer de vie. Complètement, radicalement, totalement. Qu'on le veuille ou non. Pour elle, c'était plutôt non. Ils sont partis à deux, elle reste seule. L'envie des hommes de partir, de voir de l'ailleurs persuadés que ce qu'ils ont sous les yeux n'est pas ce qui leur convient le mieux... Cette envie fait déplacer des coeurs à l'autre bout de la terre. Mais son homme n'a pas résisté au grand bouleversement et il s'est mis à regretter sa terre, sa mère aussi. Au moment de prendre la... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 15:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
07 juillet 2014

Juillet

Juillet vient comme une relève qu'on n'attendait plus. Les nuits ont les fenêtres ouvertes sur le bruissement des feuillages et des quelques passants riant d'être encore dehors aussi tard. Les souffles sont paisibles, je les entends remuer des pieds de temps en temps pour repousser les draps. J'écoute Verdi et je me permet déjà de noircir quelques papiers qui peuvent très bien attendre la fin de l'été. Moi qui n'ai jamais aimé les grandes chaleurs, je savoure les gouttes qui perlent dans mon cou et qui se glissent au creux de ma... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 00:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]