laurencin-le-bouquet

Et il ne s'est même pas retourner! À voir son expression outragée, elle s'attendait à mieux, un regard au moins, un petit glissement d'oeil. Elle l'a frôlé de l'épaule et il n'a rien dit ou fait, il est passé sans s'arrêter, comme un courant d'air à travers une maison d'été. Mais que faut-il donc faire? Que faut-il donc dire pour s'attirer à présent l'espoir d'une rencontre? Elle passe sans cesse sa main droite dans ses cheveux défaits et c'est un signe de grande nervosité. Non, je n'ai pas dit névrose. Pourtant la robe devait être jolie, lègère et virevoltante. Pourtant sa peau bronzée et ses joues rosies, et ses yeux, bordel, tu as vu mes yeux?! 

J'essaie d'être grave et concernée en réfrénant un demi sourire. L'amour n'a jamais été attiré par les désespérés. Il ne sélectionne que ceux qui n'y pensent pas, qui n'y travaillent pas ou si peu. Il touchera ceux qui ne s'y attendent pas. Je lui dis de ne pas forcer les choses, de quitter ce regard de biche affolée et d'opter pour plus d'abandon. À tout vouloir vendre en étalage, qui voudra venir la découvrir? Et puis retrouve ton assurance, ta confiance qui gonflait ta poitrine et allongeait tes pas. Non, je n'ai pas dis défiance. Ce n'est pas un combat, c'est une valse ou même mieux un tango. On se tourne autours, on se regarde on se frôle de la hanche et du bout des doigts et puis on s'enlace, on s'étreint. Tu m'ennuies, tiens. Ce n'est pas si facile que cela. Bien sûr que non, et c'est ce qui lui donne son prix. 

Elle en oubliait son café qui arrivait à refroidir sur la terrasse de juillet. Elle était absorbée à présent et je la laissais se perdre un peu pour ralentir son sang. Elle ne touchait plus ses cheveux et ils dansaient doucement dans la brise. Son visage reflétait son âme et c'était tellement un joli moment. Je me suis levée pour disparaître. Je l'imaginais seule et immobile à cette table rouge sur ce trottoir noir. Je suis revenue et j'ai trouvé encore une nouvelle personne, une autre facette. Elle me glissait alors doucement un petit bout de papier du bout du doigt.

Quelques chiffres griffonnés dessus et voilà que son sourire irradiait tout autours. Quelques chiffres donnés à la hâte par le voisin de table qui lui avait totalement échappé jusqu'alors. Quelques chiffres et tellement de combinaisons possibles à présent! Attends un peu... Laisse-moi au moins imaginer un instant. Elle était repartie. Finalement, sa robe était plutôt jolie.

 

Marie Laurencin _ le bouquet