14 mars 2011

Sans savoir

  Il n'a pas besoin de se réveiller. Il n'arrive plus à s'endormir. Le réveil ne sonne que pour un lit vide et des rideaux tirés. Il prépare sa journée, il accumule les gestes du petit matin, comme d'habitude. Sans savoir. La radio ânonne en fond, l'écran internet brille comme un miroir qui ne renvoit plus rien d'autre que ce qu'on ne connaît déjà. Il part travailler, sans savoir, et hoche la tête aux questions posées. Non, il ne sait toujours pas. Les regards s'abaissent, se détournent parfois. Il ne s'y attarde pas. Ses... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 23:10 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

04 mars 2011

Tout au bout

Il faudra de l'eau, la mer ou un océan; des embruns, des algues odorantes exposées à marée basse. Il faudra du vent, souvent, par bourrasques inattendues. Il poussera les nuages, les fera glisser plus loin, vers l'ailleurs qui ne m'attendra plus. Il faudra de la pierre et du bois puisque je n'en ai plus. Des matières brutes et transpirantes. Une coque protectrice qui laisse filtrer l'air adoucit. Le crépitement de la cheminée, le ronronnement du chat, les soupirs du chien qui attend la sonnerie de l'horloge réparée pour courir la... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 16:29 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
01 mars 2011

Un petit effort

  Il n'y a pas de hasard. Je n'y crois pas vraiment. Chaque incident heureux ou malheureux a sa place dans le fil continu de mes jours. Leur raison d'être ne se devine pas toujours tout de suite. Il faut parfois des jours, des années pour apprécier cette nouvelle pièce du puzzle. Prendre du recul permet de ne pas se laisser prendre dans le tourbillon du siphon. Tout s'écoule bien toujours dans le même sens. Les grandes marées, les pleines lunes n'y changent que peu. Se laisser porter par le courant n'est pas inscrit en moi.... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 22:44 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
23 février 2011

À lire le 23 février 2021

  Tu ne la liras peut être pas ici. Sûrement pas. Mais je dois bien poser ces mots quelque part et ce lieu me semble le plus propice à ce jour. Les fils d'argent que tu apercevais doivent avoir pris le dessus à présent. Je ne crois pas qu'ils te gênent, les as-tu teints malgré tout? Je ne l'imagine pas. Je ne te vois pas si différente, peut être moins vive, un peu plus pondérée. Je dois t'avouer que dans le fond je ne l'espère pas. Il y a aura bien eu quelques peines en chemin, peut être quelques adieux à faire qui percent le... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 23:24 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
12 février 2011

Monsieur Hassan

Cela fait plus de 35 ans qu'il est parti. "Attends un peu, 39 ans précisément." Monsieur Hassan a quitté son enfance en emportant sa jeunesse dans un pays à l'opposé du sien. Les gens dedans, le froid souvent, les odeurs, les couleurs, le goût, tout devait changer. Et tout cela pour le mieux. Il le fallait. "Rien d'original, un de plus à arriver, c'est tout." Il ne garde plus d'amertume, peut être quelques regrets et surtout une profonde tristesse : celle de ne pas avoir serré sa mère une dernière fois dans ses bras. "Même si je... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 19:53 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
04 février 2011

L'heure zéro

C'était en hiver, au coeur d'une nuit claire. On les a appelés au creux de leur sommeil enlacé. Ils se sont juste regardés et se sont préparés en silence. La ville dormait encore lorsqu'ils l'ont traversée côte à côte sur leurs vélos gelés. On les a fait s'asseoir dans la grande salle bleue. Bleus les murs, bleu le sol, bleus les fauteuils... En silence, ils ont écouté leurs souffles se soulever ensemble. Puis on les a appelés, doucement, par un geste. Ils ont revêtus les tuniques en souriant, les sourcils froncés. La pièce était... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 16:31 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

01 février 2011

Grandeur par laquelle on mesure le caractère aléatoire d'un évènement par l'évaluation des chances d'en obtenir la réalisation

Elle légère : Tu as l'air anxieux?   Fils vraiment sérieux : J'essaie de comprendre quelque chose.   Elle légère toujours : Ah?   Fils soupirant : Oui... la probabilité.   Elle attentive : Ah!   Fils expliquant : Je dois donner un exemple. Mais je crois que j'ai trouvé.   Elle intriguée : Quel exemple?   Fils absorbé : Vu ton âge, vu celui de papa et en prenant en compte le mien...   Elle très intriguée : Oui?   Fils affirmatif : La probabilité que je vous vois avoir 100... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 12:38 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
26 janvier 2011

C.

  Elle est entrée dans le café comme une épidémie tombe sur la ville. On l'attend, on en parle longtemps avant d'en voir les effets. Et puis soudain, un matin se lève et elle est là, partout, elle envahit tout et ne respecte plus rien : ni les plus jeunes, ni les plus faibles. Elle s'engouffre jusque dans les fantasmes les plus fous, échauffe les langues les plus âpres, exacerbe les esprits les plus sages. Et elle s'en va, avant que nous nous en apercevons elle n'est déjà plus là. Son absence pourtant tant souhaitée laisse... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 18:07 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
21 janvier 2011

Sur une jambe il patinait

Je ne crois pas que je pourrais me lasser de tout ce blanc. Il m'appaise, me ramène aux étendues bleues qui m'ont bercées durant mes jeunes années. Je ne peux me passer de la lente et lancinante tombée des flocons par la fenêtre là-haut. Chuter avec autant d'élégance, quel cadeau. Je ne pense plus aux vêtements qu'il faut mettre et ôter et remettre à nouveau; les gants et bottes à sécher. Il me semble même que je sors plus léger. Le froid se dompte, on apprend ses détours, on joue de ses bourrasques. Je suis fascinée par le... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 12:25 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
10 janvier 2011

Janvier

Tout est cru. Quand le jour entre dans mon corps, la vie s'éclaire encore plus fort. Les poumons débordent du souffle pur et mon sang rougit au creux de mes bras. Tout est essentiel et évident. Tout crisse et craque en chuchotement. Les pieds lourds dansent et s'accrochent. L'équilibre instable fait battre le coeur plus vite, il nous bat les tempes, les joues flamboient. Quand tout est blanc, les couleurs crient, les matières se fâchent. La palette est affolée et il faut tout oser. Les silhouettes se diforment et se balancent... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 12:38 - - Commentaires [4] - Permalien [#]