18 novembre 2010

Des bonnes fois

J'aime rouler en ville le soir, voir défiler les lumières à mes côtés, deviner des vies qui s'animent en ombres découpées. J'aime le silence de la maison le matin, s'offrir le luxe d'une pause avant même d'avoir commencé quoi que ce soit. J'aime le froid qui arrive doucement, le vent qui reste indulgent avec nos corps hésitants entre les restes de l'été et la première neige. Mais elle arrive quand? J'aime le goût du chocolat et du chili mélangés. Et il parait en plus, que c'est aphrodisiaque. Qui s'en plaindrait? ... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 09:40 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

13 novembre 2010

Me zo ganet e-kreiz ar mor

Puisqu'il s'agit encore de se présenter. Puisqu'on me le demande toujours, à chaque nouvelle rencontre : mais d'où viens-tu au fait? Puisque dans chaque langue qui n'est pas la mienne, mon accent reprend celui des amitiés d'errance, puisqu'on ne me devine pas si facilement, apparement. Il a bien fallu que je me définisse. Ce que je pense être, ce de quoi je suis faite. Là où mon coeur appartient, à défaut de là où il a pu naître. Je me surprend encore et toujours dans ma réponse. Peut être parce que je n'y pense guère en amont... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 00:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
10 novembre 2010

A Lali : la liste est là!

Bon alors, 15 auteurs qui m’ont marquée et qui font toujours partie de ma vie pour différentes raisons, et qui me sont venus en tête en quinze minutes... Je ne regarde pas la liste des autres avant, je veux que cela soit spontané! 5 premières minutes : 10 auteurs 5 suivantes : 15 auteurs qui se bousculent 5 dernières minutes (rooo) : flûte y'en a trop, je dois en enlever... Souffrance, rayure et résignation. Les voici par ordre d'apparition dans mon esprit: Edmon Rostand Charles Baudelaire Jacques Prévert ... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 14:42 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
06 novembre 2010

En manques

  Il me manque le vent chargé des parfums des embruns. Mais il vient parfois jusqu'ici, même sec et presque éteint. Il me manque les pavés, les façades de pierre. La résonnance des rues où l'on se perd. Mais je me laisse perdre parfois ici aussi. Il me manque les sons des marchés de rue, les kiosques à journaux. Mais il en existe d'autres, aux sons tout aussi beaux. Il me manque le goût des longs repas en famille, parfois vinaigré, parfois trop sucré. Mais il me semble que les meilleurs sont ceux qui sont déjà passés. Il... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 17:48 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
05 novembre 2010

Chaque année...

... j'épingle désormais un coquelicot à mon revers de manteau. C'était cette fois-ci un vétéran de l'Irak, la première, qui me l'a tendu. Un bras en moins, le cou brûlé. Comment ne pas y voir toutes les autres blessures, toutes les autres souffrances, de tant d'hommes, de femmes et d'enfants aussi.  Alors juste en ce moment, je repense à lui. Qui ne m'a pas connue, mais qui m'a juste permis d'être ici. http://deluneauxautres.canalblog.com/archives/2009/11/07/15720087.html    
Posté par luneauxautres à 09:35 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
31 octobre 2010

Latence

Un entre deux, un temps hors des autres, mais des plus importants. Un saut suspendu pendant quelques années entre la petite enfance choyée et le monde adolescent qui attire et fait peur tout autant. Une étape qui n'en est pas vraiment une, juste une mue délicate à effectuer. Il semble saisir la chose aisément. Il prend ses marques avec raisonnement, revient sur ses pas pour quelques ajustements. Je le trouve déjà si grand, si fragile en même temps. Si il faut le lui dire, c'est juste entre nous, au creux de l'oreille, tout... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 00:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

27 octobre 2010

La cinquième saison

Elle ne dure que quelques jours à peine, cette année plusieurs semaines. Si vous n'y prenez pas garde, elle peut vous échapper, se glisser incognito entre les grands coups de vent qui emportent l'été et qui font tourner la girouette du Sud vers le Nord et entre le vrai froid qui exige de vous couvrir. Cette saison vient comme un cadeau qu'on n'attendait pas. Une petite surprise douce, une indulgence gracieuse. La première nuit de gelée doit être d'abord passée. La coquette veut poudrer de blanc les jardins encore verts comme un... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 12:59 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
09 octobre 2010

Histoire de Con

  Con nous a rejoint Noël dernier. Il n'a pas été le mieux accueilli de tous, je dirais même qu'il a été mis à l'écart, délaissé, oublié. Il ne s'appellait pas encore Con, il ne s'appelait rien du tout d'ailleurs. Et puis au hasard des déballages de malle, vers la fin de l'été, Con nous a été présenté. On nous vanta alors ses gentils yeux, son nez un peu trop grand et surtout la grande douceur de sa peau. Con avait comme ultime accessoire une petite poche qui achevait l'éblouissement de sa propriétaire. Con était adopté et... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 00:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
04 octobre 2010

Madame Catherine

Pas un passage à travers la garderie sans aller saluer Madame Catherine. Toujours calme, toujours penchée vers les enfants, c'est souvent le dos courbé qu'elle renvoie le bonjour. La douceur de Madame Catherine est constante et sincère. Cette femme n'est que tendresse. Ses gestes dirigés lentement mais sûrement apaisent les plus petits, ils les pondèrent. Madame Catherine prend beaucoup de place, c'est un petit garçon qui le lui a dit. Cela l'a fait rire, elle qui se reproche ses kilos si souvent. Mais ses courbes ne sont pas... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 00:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
30 septembre 2010

Empathie

Certes, on aura entendu des mots plus sexys, qui balancent mieux, qui séduisent déjà en bouche et à l'oreille. Celui-ci n'est pas très bien servi, il résonne empâté, empoté, oserons-nous empaffé? Et pourtant, il est de ces mots oubliés des dialogues contemporains qui questionnent et recherchent sans cesse sur son sujet sans se rappeler de ses lettres. Parce qu'il n'est pas de ton juste, populaire lorsque un mot aussi imposant en ressort. Où l'on oublie le vocabulaire qui pourrait aider à la réflexion, ramener aux gestes que... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 00:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]