09 juillet 2010

Une nuit d'été

  Les trottoirs étaient brûlant, il ne s'agissait plus de marcher mais de courir sur la pointe des pieds pour éviter le moindre contact avec le bitume en feu. Sa robe était légère et parfois un souffle presque éteint la faisait danser. Leurs mains moites s’échappaient et leurs doigts se rattrapaient, de justesse, s'agrippaient et ils riaient. La fontaine éclatait au milieu de la place. Ils la traversèrent sous les yeux de reproche du gardien. Ils étaient déjà secs quelques mètres plus loin. Le soir tombait enfin et la ville... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 00:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

06 juillet 2010

Fièvres

La chaleur lourde et imprégnée de ces premiers jours de juillet s'installe jusque dans nos os. Quelques jours de veille inquiète, de nuits agitées et de bras qui bercent comme au jour premier. Une attente  lente et lancinante, qui transperce mes envies, mes élans et alourdit mes états d'âme. Quand le rythme qui est mien me sera redonné enfin? La distance n'atténue pas certaines tensions familiales, le sel des petites perfidies s'est de nouveau répandu. ... Mais l'orage viendra tôt ou tard éclater ses larmes sur notre... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 15:31 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
29 juin 2010

Faîtes des pères!

Ce n'est pas qu'il n'y avait jamais pensé, mais plutôt qu'il était pour lui une évidence de vie de devenir père. Naturellement il rencontrerait la femme de sa vie, et naturellement elle serait la mère de leurs enfants. Je ne crois pas qu'il se soit beaucoup questionné sur son rôle à jouer, parce qu'il s'agit bien ici de jeu après tout. J'ai cru voir des instants de doute mêlés de grande tendresse lorsqu'il portait dans ses mains celui qui le premier l'a appelé papa. D'autres questions sont venues ensuite : saura-t-il être père une... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 00:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
25 juin 2010

Cent et un

Peut être plus encore qu'une année d’écriture, c'est d'avoir dépassé le nombre cent qui me réjouie, et m'étonne aussi. Des histoires, toujours basées sur du réel, le fil de mon souvenir et de mon désir, sont reliées voire personnifiées par un tableau.Un seul, toujours, pour concentrer le sujet, pour ne pas se perdre en route. Parce que les mots ne suffisent pas, juste une représentation de ce que je ne dis pas, de ce qui est parfois impalpable. L'anonymat me permet d’écrire. Je n'ai pas grand chose à cacher, mais il me semble... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 00:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
21 juin 2010

Pour F.

Ce soir sera en nous, à jamais, à part. Il faisait si doux alors, nos résultats étaient affichés sur de grands panneaux et par les fenêtres ouvertes la bise se glissait pour les soulever. La lumière se teintait d'or et les préparatifs de la grande soirée avançaient. Nous étions tous sonnés après de longues journées et nuits de travail, heureux et ivres d'achever cette année. Épaules contre épaules, nous nous tenions les uns contre les autres, un peu effrayés par le silence dans nos têtes; le tumulte n'était plus au labeur mais à la... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 00:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
19 juin 2010

Amadéo

Il a rejoint les autres enfants il y a quelques semaines. Un peu déboussolé forcément, comme à chaque fois que l'on quitte pour la première fois sa maman. Il lui aura fallu un peu plus de temps que les autres peut être pour accepter le départ des parents. De comprendre que promis-juré, son père reviendrait plus tard le rechercher.Le lien qu'ils ont déjà tissé est si fin et si particulier. Ils s'enlacent plus fortement, plus tendrement. Tout ce qu'ils ne peuvent pas se dire se ressent. Amadéo a pleuré plusieurs jours son chagrin.... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 00:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

16 juin 2010

Picking flowers

Il est de ces tableaux qui n'ont rien de bien particulier : ni vraiment l'artiste, ni vraiment le sujet. Son cadre un peu lourd, je le trouve presque un peu trop grand, l'aurais souhaité plus intimiste. Son mur d'accrochage est chargé d'autres œuvres, en vrac, en quiconque. Il est un peu noyé parmi d'autres sujets, d'autres couleurs. Mais j'y retourne, à chaque fois, même en courant lorsque le signal de fermeture retentit. Même quand on me dit que les pieds sont fatigués, je passe le voir. Qu'il me rappelle un moment... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 00:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
12 juin 2010

Une seconde

L'après midi commençait de s'achever. Le matin nous avait éclairés d'une lumière crue et nos yeux fatigués s'étaient reclus.C'est par le vent que les nuages furent placés, au-dessus de nous sans que nous nous en rendions compte.Un travail d'aiguille en main, j'étais assise sur le haut fauteuil victorien. Il lisait en tailleur sur le grand plaid mauve, les bras relâchés. Sa nuque penchée en avant recevait le jour et éclaboussait de clair la pièce devenue sombre. Elle babillait dans un autre coin, appliquée à empiler des cubes en... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 00:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
08 juin 2010

Le fil

J'ai longtemps souhaité être un garçon. Un frondeur, rusé, infatigable et passionné, rêveur et penseur, attentif et amoureux, allons-y galant aussi. Il me semblait que leurs gestes étaient plus francs, plus sincères, que leur parole donnée était trésor. Je les regardais bien et je voyais qu'ils cachaient sous leurs manteaux de bravoure parfois une sensibilité aux autres vive et brillante. Je les voyais souvent plus attentifs aux choses importantes, négligeant les détails futiles qui alourdissaient les rêves des filles. C'est vrai... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 00:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
01 juin 2010

Le Non dit

L'heure de la promenade approchait, nous nous étions préparées. L'air était doux et les heures plus chaudes déjà s’annonçaient. Sous les premiers grands arbres du parc, je t'ai soulevée pour te poser à terre. Le chemin s'offrait à nous, les oiseaux nous accompagnaient, ce matin était parfait. C'est au détour du grand sapin que j'ai voulu te prendre la main, la pente s'accentuait, tu avais sûrement besoin d'aide. A ce moment précis, la brise soulevait ta robe et tes mains promptement passées dans le dos tu m'as dit :... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 00:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]