31 mars 2010

Deux Béliers

15 ans qu'il n'est plus là. Bizarrement, il ne lui a pas manqué tant que cela. Ils n'étaient peut être pas si proches, ils ne se sont pas tant connus. Pourtant il est ressurgi plus souvent ces derniers temps. Il lui semble qu'elle comprend un peu mieux, qu'elle décèle une raison à ses gestes, à ses rares paroles. C'est seul avec elle qu'il se libérait. Loin des yeux des femmes, des mères juges, de la bien séance pour un homme, il s'assouplissait au contact de sa petite main tiède dans la sienne. Une main de géant qu'elle aimait... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

28 mars 2010

Le pied léger

L'autre soir, j'ai dansé. Pas de rythme électroniques, pas de salle noire aux flashs colorés. L'autre soir, j'ai dansé au son de deux instruments sur un parquet bien éclairé. Les airs de ma mémoire ont résonné, la terre de mon passé a tremblé. Sous le pas lourd des danseurs unifiés en chaîne, mains liées et souffle court, la musique vibrait chacun de mes souvenirs tour à tour. Je perçois déjà les sourires sarcastiques de ceux qui n'ont jamais sauté le pas pour rentrer dans la ronde. Sachez que quelques-uns furent convertis. Ah... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 00:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
24 mars 2010

Frère(s)

  A peine arrivée, il lui aura fallu découvrir l'attente. Première désirée, première accueillie. Première avant les autres, tous attendus par un chœur d'espoir. Ainsi elle a grandit: elle n'était pas la seule, seulement la première. Lequel alors est ensuite arrivé? Celui à qui on donne la main pour la première fois, qui vous tend son bras pour vous aider à sauter par dessus les flaques. Celui avec qui on court pour mesurer sa différence, même jambes, même distance. Celui qui nous trahit par surprise. Qui vous laisse à... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 14:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
22 mars 2010

Arrêt sur temps

Pendant quelques jours, ne plus allumer la télévision, ne plus écouter les nouvelles d'ici et de là-bas, détourner les yeux des unes des journaux. Ne toucher le clavier que pour écrire ou travailler. Redécouvrir les symphonies légères et les airs familiers pour accompagner l'air frais qui s'infiltre par les fenêtres ouvertes.Moins de téléphone, plus de paroles les yeux dans les yeux. Et si la voiture ne démarrait pas aujourd'hui? Et si nous faisions avec ce qui reste dans les placards pour manger ce soir? Se coucher et se... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 09:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 mars 2010

Aux armes

La boite en carton est fermée par un ruban blanc noué trois fois. Ses flancs enflés ne bougent plus, des années que son couvercle n'ait été soulevé. Pourtant, c'était hier, chaque lettre reçue rejoignait ses sœurs, par ordre chronologique, la dernière en premier. Pour chaque missive, une autre envoyée. Certaines me sont revenues, héritage précieux de personnes disparues. Toutes ces phrases noircies couchées sur le papier plié, déplié, tenu, tous ces mots résonnent comme l'écho sourd d'un temps révolu. Car nous n'écrivons plus. ... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 13:20 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
15 mars 2010

Un homme seul

De sa famille vendéenne, il n'a gardé que quelques principes pliés dans sa valise, le goût des discussions à n'en plus finir, et un humour décalé. Il me semble que très tôt il a su ses différences, avec peine d'abord. Comment faire pour ne pas faire mal à ceux qu'on aime en restant soi-même?Pour y parvenir, il s'est éloigné d'eux, de l'océan et du vent des habitudes quotidiennes. De ses études, ils ne savaient rien; et il l'a voulu ainsi. Seul il s'est construit, seul il s'est nourri. Que personne ne me dise comme est belle... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

14 mars 2010

En vrai

Dans la vraie vie, les mots ne sont pas aussi jolis. Durant les vrais jours, on ne dit pas forcément tout ce que l'on pense gentiment. Pour de vrai, si tout le monde s'exprimait en rimes, cela se saurait. En vérité, lorsque je suis au volant, je jure comme nulle part ailleurs. Dans plusieurs langues d'ailleurs. Certaines sonorités se prêtent mieux à certaines circonstances. Jamais de gestes, mais souvent des paroles, lestes. Il arrive même que les places arrières soient occupées. Le mot léger est alors suivi d'un : "A ne... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 00:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
12 mars 2010

Faire avec

Les circonstances économiques sont telles que la pression sociale s'est accentuée sur la tranche moyenne des actifs. Si vous avez survécus à cette phrase d'une profondeur abyssale, vous pouvez continuer.Vous pouvez poursuivre vos journées, vos semaines, tout ce qu'elles comportent de rituels, d'obligations.Le lever, les repas, l'école, la nounou, la maison, l'intendance... et aussi la recherche. Mais la recherche de quoi au fond? Hein? Ah oui, l'argent! C'est sûr qu'il nous est nécessaire (voir liste précédemment citée), c'est... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 00:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
10 mars 2010

Verts sont ses yeux

Comme une petite fleur blanche de printemps, elle est sortie d'entre les blocs de glace. Elle a émergé, emplie ses poumons d'une profonde inspiration et s'est défroissée.Il me semble même qu'elle ait pris un peu de poids. Ou bien est-ce seulement sa présence qui prend un peu plus de place. La place qui est la sienne. La petite fille tournoie les bras en croix au soleil de Mars. Je l'ai revue hier, je ne l'ai pas tout de suite reconnue. Deux semaines tout juste venaient de passer depuis nos dernières heures partagées. Sa... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 01:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
07 mars 2010

Sir Jack

Sir Jack n'est pas vraiment Sir. Mais c'est comme cela que tout le monde l'appelle. Sa stature de géant se ramasse sur un bout de trottoir sur notre route pour la boulangerie. Sir Jack tend la main, c'est son métier, c'est sa vie. Cela ne l'a pas toujours été, il est même diplômé. En économie, avoue-t-il d'un ton ironique. Ses épaules larges et droites portent tout ce qu'il possède de fierté. Sir Jack est noble et c'est pour cela qu'on le salue. Ses yeux parlent de voyages, pas toujours voulus. De ses larmes s'échappent ses... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]