19 juin 2010

Amadéo

Il a rejoint les autres enfants il y a quelques semaines. Un peu déboussolé forcément, comme à chaque fois que l'on quitte pour la première fois sa maman. Il lui aura fallu un peu plus de temps que les autres peut être pour accepter le départ des parents. De comprendre que promis-juré, son père reviendrait plus tard le rechercher.Le lien qu'ils ont déjà tissé est si fin et si particulier. Ils s'enlacent plus fortement, plus tendrement. Tout ce qu'ils ne peuvent pas se dire se ressent. Amadéo a pleuré plusieurs jours son chagrin.... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 00:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

20 mai 2010

Une photo

Il avait à peine vingt ans. Elle en avait à peine moins. Les lycées étaient alors mixtes depuis peu. Un regard bleu mer et des boucles claires, son visage irradie sa détermination. Les yeux sombres et les longs cheveux noirs, elle contient sa joie et les promesses futures. Au fond d'une boite en carton, sur cette photo à peine jaunie, on peut deviner les chuchotements, les petits papiers, les palpitations du cœur au pied du mur de l'internat des filles. On peut lire toute la jeunesse et toute la vigueur d'un premier amour à sa... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
16 mai 2010

Un plat mangé froid

Monsieur B. était très laid. De physique et d'âme. Je le pensais alors, je le pense toujours. C'est dit.Suppléant de notre professeure de français adorée partie en congé de maternité bien mérité, il n'a pas su au premier abord emprunter la place de celle qu'il remplaçait. Première faute, professionnelle de surcroît. C'est dit aussi. Enflé d'une suffisance frustrée, celle d'un professeur de Collège qui se voyait au moins académicien, il devait être persuadé que son style était le plus grand incompris du siècle. Peut être seulement... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 00:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
08 mai 2010

Un interlude

Le doute s'installe au premier regard. Quel est le lien qui les unit? Est-il de famille ou d'amour? Qui est l'enfant de qui? Était-il père déjà au premier jour? Le couple s'oblige aux explications des années qui les séparent. Leur demi sourires me font plutôt croire qu'elles les uniront toujours plus fort que d'autres d'un même âge. Tout le temps qui leur manque et tout celui qu'ils ne posséderont pas se lisent au creux de leurs regards. Ils sont en dehors des autres, en dehors des heures. Ils savent que leur vie commune est... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 00:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
05 mai 2010

Automates

Le tic tac les hypnotise. Elles ne parlent que de cela. Le temps qui leur échappe, celui qui leur manque, celui qu'elles ne rattraperont plus.Il faut agir maintenant, leur âge le signale. Elles ont le diplôme, elles ont la situation, parfois même la maison. Leur physique est leur névrose : elles l'entretiennent avec frénésie. La liste est bien longue, on sait à  quoi leurs heures libres sont remplies. Manucure, pédicure, coiffure, bronzage, gommage, maquillage, façonnage, musculation, yoga aussi... L'obsession s'accentue... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
02 mai 2010

La langue pendue

Régulièrement, on nous fait peur : votre langue disparaît, vous serez bientôt les derniers à  la parler. Vos mots sont malmenés, certains essaient de vous voler. Les académies s'effraient des nouvelles distorsions: nous avons perdu un accent! Mon dieu, nous sombrons... J'aime ma langue, j'aime ses sons. J'aime en jouer et raffole de ses ricochets, des nouvelles expressions, des jeux de verbes qui se tordent en noms. J'aime qu'elle vive, que le temps façonne ses conjugaisons. Exilée, j'ai peur que ma langue ne se fige. Elle... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 00:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

28 avril 2010

La croix verte

Il m'est toujours paru étrange pour une fille de l'eau et de la terre, de ne jamais avoir su faire grandir quoi que ce soit de vert.Il n'y a pas eu tant d'occasion que cela depuis le départ du nid pour créer de ses mains un végétal paradis.Il y a eu les essais onéreux, plus on paie cher meilleur le résultat devrait être. La déception était grande devant trois feuilles jaunies. Et puis la ville, le temps, on eut raison de mes envies de jardinages. Posséder un bout de terre, aussi petit soit-il, aussi pauvre soit-il a fait renaître... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 00:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
22 avril 2010

Dimanche...

Il faisait encore frais le matin. Nous nous étions couverts pour sortir au parc voisin.Les arbres à peine nus se teintent de vert criard, certains d'ocre jaune soleil. L'herbe est réapparue et on s'étonne à chaque printemps de toute cette renaissance d'une nature désolée, séchée et brunie par les vents.Les écureuils courent entre nos jambes, les oiseaux chantent en furie le renouveau. Tout le monde se rue dehors, les peaux apparaissent, les corps se font beaux. Le vent fier se rappellent à nous au détour d'une ombre. Ce n'est pas... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 00:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
16 avril 2010

Légèretés

Une chemise de coton blanc, une étamine transparente qui laisse filer l'air et les ressentiments. De longues manches pour voiler la peau albâtre, qui se remontent haut pour mettre les mains à la pâte. Une jupe de lin bis, qui s'enfle et se déplie. Des fronces qui s'étendent jusqu'aux pieds, un drap un peu rêche qui se gonfle au vent léger. Des espadrilles de toile marine, parce que cela ne peut en être autrement. Il ne faut pas essayer de changer un tendre entêtement. Elles me portent sur un ponton de voilier bleu. Le... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 00:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
13 avril 2010

Les ombres de mes rues

    Les saisons ne varient plus pour elles. Qu'il vente, qu'il neige, que les feuilles tourbillonnent ou que le soleil nous assomme, elles marchent le dos courbé toutes de noir vêtues. La tête toujours baissée, les yeux usant les mêmes trottoirs nus. Elles s'en vont dandinant, clopinant, toujours seules. Les journées sont rythmées par leurs allées et venues, aux heures des services : ceux à Dieu, ceux aux absents et puis ceux pour elles, juste un peu pour tenir le jour suivant. Elles ont suivi leur cœur, elles... [Lire la suite]
Posté par luneauxautres à 12:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]